30 Janvier 1918

Quoique n’étant ici que depuis trois jours à peine, je suis déjà presque acclimaté et commence à être au courant de mes fonctions. Tout le monde continue à se montrer excessivement aimable pour moi ; le Commandant Lefort, le surlendemain de mon arrivée, m’a demandé si j’étais en possession d’un bon logement et recommandé de ne pas craindre de la lui signaler s’il n’en était pas ainsi car il se chargerait de m’en faire donner un meilleur. Je lui ai, bien entendu, affirmé que j’étais aussi bien qu’il était possible de l’être. Le Commandant Lefort est le fils du Général Lefort, ancien commandant du 10e Corps, sous les ordres duquel j’ai servi quand j’appartenais au 70e Régiment d’Infanterie[1].

Voici la composition actuelle de la D.T.M.A :

  • Lieutenant-colonel Boquet, Directeur des Transports Militaires aux Armées
  • Chef de Bataillon Lefort, Adjoint au D.T.M.A. ou, en d’autres termes, chef d’Etat-Major de la D.T.M.A.
  • Chef d’Escadrons Berger                                                       )
  • Chef de Bataillon Gérard                                                        )
  • Capitaine Hermant                                                                  )              formant
  • Capitaine Mendigal                                                                 )              l’Etat-Major
  • Capitaine Héricourt                                                                 )              de la D.T.M.A.
  • Capitaine Coupvent des Graviers                                           )
  • Capitaine Bruley, remplacé par le Lieutt Proutaux                  )
  • Officier d’administration de 2e classe Joubert                        )

 

  • Lieutt- Colonel Gauthier                                                           )
  • Capitaine Bertière                                                                    )              Bureau Technique
  • Capitaine Uxol                                                                          )              des Travaux
  • Lieutenant Simonet                                                                  )

 

  • Lieutt- Colonel Chaudoye                                                       )              5e Régiment du Génie

        Commandant les unités du 5e Génie                                         )              (Régiment des                   

  • Chef de Bataillon Jubelin                                                        )              Sapeurs du Chemin
  • Sous-lieutenant Verrien                                                          )              de fer

 

Commandant de Section du Chemin de fer de                       )             

Campagne Lebert                                                                    )              Agents Techniques

Chef de Service Gilles                                                             )              Supérieurs des Chemins

Sous-chef de Service Mouchonnet                                         )              de fer de campagne

Sous-chef de Service Toubeau                                               )

    

                                                                                               )          Agents techniques de télégraphie

                                                                                               )          militaire des sections de 2e ligne

Chef de Section de Télégraphie                                            )          chargés de l’exploitation du réseau

        Militaire Dubeauclard                                                      )         téléphonique spécialisé de la

Chef de poste Bonnefous                                                       )         D.T.M.A. et le Chef de Section                                                                                                                                        )        Dubeauclard commande ces

                                                                                                )         différentes unités

 

  • Colonel Giboudeau                                                       )
  • Lieutt- Colonel Lorieux[2]                                              )
  • Chef de Bataillon Isabel                                                )              Routes et navigation
  • Chef de Bataillon Huet                                                  )
  • Capitaine du Bousquet                                                  )

Tous ces officiers dont le nom est marqué d’un rond[3], sont des sapeurs ; on voit donc qu’ils sont en très grande majorité parmi nous. Presque tous sortent de Polytechnique, ainsi que deux des techniciens des Chemins de fer, ce qui fait qu’à table, les principaux sujets de conversation sont les histoires de l’X[4] et de l’Ecole de Guerre…

Le dernier des services énumérés ci-dessus est bien rattaché à la D.T.M.A., mais son chef, qui est colonel, apporte la plus entière mauvaise volonté à accepter de se trouver sous les ordres du D.T.M.A., qui n’est que Lieutenant-colonel, et s’obstine à vouloir, contre vents et marées, se considérer toujours sous les ordres directs du Directeur de l’Arrière. Ainsi, ni lui, ni ses adjoints, ne prennent-ils leurs repas à la popote. Les télégraphistes font également bande-à-part.

En revanche, les officiers de la voie de 0m60[5], le Lieutenant-colonel Etienne, chef de service et commandant les unités de voie de 0m60, le Capitaine Saint-Ginest, le Capitaine Le Breton, le Lieutenant Montillet (dont le service, jusqu’à ces derniers temps, faisait partie intégrante de la D.T.M.A., mais vient de rentrer dans le sein de la D.A.), continuent à venir à notre popote, leur chef se refusant à la quitter. Il y a également deux anciens X parmi eux.

1918 01 30 Locotracteur_Schneider_type_LG_ou_LG_3

Locotracteur de marque Schneider typeLG employé pour la traction des trainssur la voie de 0,60 m. Pendant la la Première Guerre Mondiale, le général Joffre, ancien du 5e Géniea su exploiter les potentialités offertes par la voie ferréetant au niveau stratégique que logistique. http://fracademic.com/dic.nsf/frwiki/350181  

Les différents services énumérés plus haut, ont, tous, leurs secrétaires propres : des secrétaires d’Etat-Major pour les officiers formant l’Etat-Major de la D.T.M.A., des dessinateurs appartenant au 5e Génie, pour le Bureau des Travaux, des secrétaires du même corps, pour l’Etat-Major du 5e Génie[6], des sous-agents pour les Techniques des Chemins de fer, des secrétaires, maîtres-ouvriers et ouvriers des Sections de T.M. pour le Bureau des Télégraphistes, etc.

En arrivant ici, je me suis informé du Colonel Biesse, mais on m’a appris qu’il a malheureusement quitté le G.Q.G. depuis peu et mes secrétaires m’ont montré des circulaires et des notes de service émanant du 1er Bureau, datant d’un mois à peine, et encore signées par lui. C’est dommage, j’aurais été bien heureux de pouvoir le remercier de vive voix, car, n’est-ce pas à lui que je dois, d’une façon indirecte, peut-être, mais certaine cependant, de me trouver ici aujourd’hui !



[1] Un peu plus tard, le commandant Lefort, devenu Lieutenant-colonel, me disait que, dans sa famille, il était de tradition d’appartenir au Service des Transports : avant lui, son père, le Général Lefort, lieutenant ou capitaine du Génie en 1870, faisait partie de la Direction des chemins de fer, service certainement très embryonnaire et en rien comparable à la D.T.M.A. d’aujourd’hui, de l’époque. Un de ses bisaïeuls, sous Napoléon Ier, était spécialement chargé des questions de transport dans la Grande Armée, pas par chemin de fer, bien, entendu. Le Général Lefort, l’ancien commandant du 10e C.A., alors qu’il était encor en acticité et était membre du Conseil Supérieur de la Guerre, était désigné pour remplir les fonctions de Directeur de l’Arrière en cas de guerre ; il a été le prédécesseur immédiat du titulaire de cet emploi à la mobilisation, le Général Lafont de Ladibat. J’avais également servi sous les ordres de ce dernier au temps il commandait la 9e brigade d’Infanterie à Rouen.

[2] Cet officier, Edmond LORIEUX (lieutenant-colonel),  a publié Le service des routes militaires pendant la guerre 1914-1918, Paris. (NDLR)

[3] J’ai du changer le terme employé par Lucien Proutaux : il avait écrit « marqués d’une croix », alors que la frappe de l’ordinateur ne m’offre qu’un rond ! (NDLR)

[4] X : nom donné à Polytechnique (NDLR)

[5] Deux régiments d’artillerie de formation récente, le 68e et le 69e, sont chargés de l’exploitation des réseaux de 0m60. Un réseau est exploité par une batterie. (note de l’auteur). La voie étroite est un outil stratégique primordial lors de la Première Guerre mondiale (NDLR)

[6] On se demandera peut-être la raison de la présence de l’Etat-Major d’un régiment du Génie à la D.T.M.A. Cela s’explique par le fait que ce Régiment, le 5e, est spécialement affecté au service des Chemins de fer. Ses différentes unités sont réparties sur l’ensemble du front, mais n’entrent pas dans la composition organique des Armées ; elles restent toujours, au point de vue commandement et administration, sous les ordres de son colonel et, pour la partie technique, de notre bureau des Travaux. Les Sapeurs du 5e sont principalement chargés de la construction et de l’entretien des voies ferrées de la zone de l’avant et, aussi, de l’exploitation de certains tronçons de ligne dans les régions les plus rapprochées de l’ennemi. Quelques lignes, dans des zones moins exposées, sont exploitées par des sections de chemins de fer de campagne, véritables corps de troupe formés d’agents des réseaux, militarisés et commandés par des agents techniques supérieurs et s’administrant eux-mêmes. Le fonctionnaire qui commande une section de C.F.C, est un commandant de section de C.F.C. et son grade correspond à peu près à celui de colonel, assimilation d’ailleurs assez lointaine car ces officiers ne sont pas considérés comme combattants. Le grade correspondant à celui de chef de Bataillon est le « chef de service », de capitaine, le « sous-chef de service ».

Il existe une organisation analogue pour le service télégraphique. Les réseaux téléphoniques et télégraphiques de 2e ligne, c'est-à-dire assez éloignés du front, sont exploités par des sections de Télégraphie Militaire de 2e ligne, composées d’agents des P.T.T. militarisés et encadrés par des fonctionnaires supérieurs ayant leur hiérarchie propre (Directeur de T.M.-colonel, Sous-directeur de T.M.-chef de Bataillon, chef de section de T.M.-capitaine, sous-chef de section de T.M.-lieutenant, chef de poste de T.M.-sous-lieutenant). Une de ces sections est affectée à la D.T.M.A.

Le réseau téléphonique et radiophonique de 1e ligne est assuré par un régiment du Génie également spécialisé à cet effet, le 8e.

Le 5e Génie était commandé à cette époque, ainsi qu’il est dit plus haut, par le Colonel Chaudoye, remplacé quelques mois plus tard par le Lieutenant-colonel Bacchellery.

Après la guerre, et particulièrement pendant les premières années de l’après-guerre, le 5e Génie a eu à sa tête des Anciens de la D.T.M.A.. D’abord, à tout seigneur, tout honneur, le D.T.M.A. en personne, le Colonel Boquet, ce qui, à mon avis, une petite déchéance ; ensuite, ce fut le Colonel Gauthier, puis le Colonel Lefort. Enfin, en décembre 1931, il vient de passer aux mains du Colonel Bertière, qui était capitaine, lorsque je suis arrivé à la D.T.M.A., et appartenait au Bureau des Travaux, qu’il quitta quelque temps après pour prendre un commandement actif, toujours au 5e, et être nommé chef de Bataillon à T.T. (Télégraphe-Téléphone). (note de l’auteur)