13 Mars 1918

Eh bien ! Je portais un jugement téméraire sur notre D.C.A., l’autre jour, quand je disais qu’on n’avait pas encore connaissance d’un seul avion abattu par elle ; ce propos était erroné car on vient, en effet, de découvrir à 7 kilomètres d’ici, dans la forêt, un gotha descendu par un 75 au cours d’un des derniers raids.

Plusieurs de nos camarades en ont contemplé les débris qui recouvraient les corps carbonisés des occupants, 4 officiers boches.

 

1918 03 13 avion abattu le 8 forêt Compiègne illust 3915 (1)

Un appareil fut bien abattu en forêt de Compiègne le 8 mars 1918 dans la soirée. Il s'agit d'un Gotha, quadriplace et bi-moteur. Voici une vue d'ensemble des débris de l'appareil dans une clairière de la forêt.

 

1918 03 13 avion abattu le 8 forêt Compiègne illust 3915 (3)

Détails des débris de l'appareil

 

1918 03 13 avion abattu le 8 forêt Compiègne illust 3915 (2)

Parmi les débris, le corps de l'un des quatre aviateurs (in L'Illustration n°3915, coll. privée)

Le bruit court que nous ne tarderions pas à partir de Compiègne. Cela n’aurait rien de particulièrement invraisemblable, car, en dehors du trouble qu’apportent dans la marche régulière du travail ces alertes continuelles, le point de la ligne de bataille où se trouve actuellement le G.Q.G. ne répond plus du tout aux nécessités du commandement. Au lieu d’être placé exactement à la soudure des Armées anglaises et françaises, ne devrait-il pas être à peu près au centre du front français ? Cette dernière raison plus que la première, sans doute, militera en faveur du changement de résidence annoncé.