15 Avril 1918

Il semble que l’on soit parvenu à endiguer le Boche dans les Flandres. Il laisse notre front tranquille pour le moment et, ne pouvant arriver à le trouer, se reporte sur les Anglais qu’il juge plus faciles à refouler. D’ailleurs, là-aussi, on a dû faire appel à plusieurs de nos divisions pour épauler nos alliés.

04 15 Clémenceau sur le front britannique des Flandres

M. Clémenceau sur le front britannique des Flandres. Le général Plumer (à gauche), commandant l’armée britannique déployée d’Ypres à Béthune, montre au chef du gouvernement français (au centre) une carte du terrain des opérations en cours. (in L’Illustration du 27 avril 1918, Coll. pers.)

Ces derniers événements militaires me rappellent notre campagne en Artois d’octobre 1914 où nous avons été jetés au devant de l’ennemi pour arrêter, au tout au moins, retarder sa marche foudroyante vers la mer.

En somme, il a recommencé sa même manœuvre débordante, avec cette différence qu’en 1918, il a trouvé devant lui des positions solidement établies qui n’existaient pas en 1914…