31 juillet 2018

31 Juillet 1918

31 Juillet 1918 Le retraite des Boches semble se ralentir, mais il est définitivement prouvé maintenant que leur « nach Paris » sera resté une vaine formule ! Le séjour de la capitale redevient supportable ; Les « Berthas » sont muettes, plus de visites nocturnes des « Gothas » ; aussi, les Parisiens doivent-ils commencer à respirer. J’ai omis de signaler qu’un des amis de la D.T.M.A. et un des hôtes assez assidus de la popote, le colonel Dufieux[1], a été promu Général de brigade aux... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 juillet 2018

30 Juillet 1918

30 Juillet 1918 Il paraît que le changement annoncé il y a quelques jours, est provisoirement ajourné et que, jusqu’à nouvel ordre, nous restons ici. Il se pourrait, d’ailleurs, que le père Foch ne soit pas autrement pressé de voir son Etat-Major s’enfler dans d’aussi notables proportions. En somme, n’ayant pas à se préoccuper de l’organisation des Armées, des effectifs, de l’armement, des transports, du ravitaillement, des munitions, etc. toutes ces questions incombant aux généraux en chef des différentes armées alliées, auxquels il... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 juillet 2018

28 Juillet 1918

28 Juillet 1918 Les nouvelles continuent à être excellentes. Nous avons appris hier soir, que les Boches battent en retraite au Nord de la Marne ; ils ont, à la faveur de la nuit, commencé un repli… stratégique, disent-ils, et sont suivis et talonnés par nos cavaliers. On espère ainsi ne pas perdre le contact, mais où s’arrêteront-ils ?[1]                    L'Illustration n°3938 (Coll. pers), à gauche: "Un combattant", dessin publié dans l'Illustrirte Zeitung du 8 août... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 juillet 2018

24 juillet 1918

24 Juillet 1918 Je viens de recevoir un télégramme de ma femme m’apprenant que mon frère, prisonnier depuis le 6 septembre 1914, est interné en Suisse depuis le 18 de ce mois. Cette nouvelle, attendue depuis de longs mois, m’a causé la plus grande joie et je suis heureux à la pensée que mon aîné va enfin voir son sort adouci dans des proportions infinies. Décidément, ce 18 juillet aura été un jour de bonheur puisqu’il a marqué, en même temps que le début de la libération de notre chère France, une amélioration considérable dans la... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 juillet 2018

20 Juillet 1918

20 Juillet 1918 Rien de changé pour le moment, ici. Toutefois, il est vaguement question d’une modification possible qui ne se réaliserait pas dans un avenir tout proche, d’ailleurs : ce serait la création d’une vaste direction de l’Arrière qui engloberait toutes les Armées Alliées et qui, de ce fait, serait rattachée à l’Etat-Major du Général Foch (à propos, l’autre jour, en me rendant à la popote pour le déjeuner, j’ai aperçu, et salué, le Général Foch qui traversait Provins en auto. Son Q.G. est actuellement établi au château... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
19 juillet 2018

19 Juillet 1918

19 Juillet 1918 J’ai pu profiter de ma permission jusqu’au bout et ai réintégré le G.Q.G. ce matin, après avoir voyagé toute la nuit… Ainsi que je l’ai mentionné plus haut, le jour de mon départ, une auto était venue me prendre rue Ste Croix, de très bonne heure, pour me conduire à Paris. Avec quelle fébrile impatience, je l’attendais cette bienheureuse auto, car j’entendais, dans le lointain, le canon tonner sans relâche et je me disais : « Sûrement les Boches attaquent ; on va suspendre à nouveau les permissions et... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 juillet 2018

14 Juillet 1918

Le Peuple Français ne le sait pas encore mais c'est le dernier 14 Juillet de guerre qui est fêté cette année 1918. Déjà, en 1917, l'année précédente, le journal satirique La Rosse avait introduit une pointe de facétie et d'espoir, comme le montre le document ci-dessous. Lucien est toujours à Baignes, en permission, et tout porte à croire qu'il célèbra ce 14 juillet 1918 en famille avec des voeux ardents pour une paix prochaine. "Enfin, v'là un 14 juillet où on a le droit de se cuiter!!!"
Posté par Le Capitaine à 22:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juillet 2018

11 Juillet 1918

Quelques photos, d'avant-guerre, montrant le bourg de Baignes. Ces cartes postales figurent dans l'album de Julie Proutaux qui les collectionnait. Carte signée d'André Broussard, époux de Marie Furet, la soeur aînée de Julie. André fut de longues années le maire de Baignes. on aperçoit au fond les halles de Baignes, grande construction métallique qui faisait la fierté du bourg jusqu'à leur démolition dans les années 60, ce qui a suscité une forte polémique. Lorsque l'école des filles était distincte de l'école des... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 juillet 2018

9 juillet 1918

Lucien est en permission et, bien évidemment, nous n'avons pas de récit concernant ses mémoires de guerre au cours de son séjour auprès de sa famille, qui, rappelons-le, a fui Paris menacé pour se réfugier dans la famille, en Charente et plus précisément à Baignes. Voici quelques photos de Lucien entouré de ses proches et également de la maison de famille. à Piaud, près de Baignes; Lucien est auprès des cousins Marboeuf, ses filles Denise et Simone sont sur les genoux de la cousine Andrée. (Coll. pers.) dans le jardin de... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 juillet 2018

5 Juillet 1918

5 Juillet 1918 Ma permission est signée et je pars en auto, demain matin à la première heure, pour Paris où je m’embarquerai le soir à la Gare Montparnasse, à destination de Jonzac ! On doit se douter de mon bonheur, mais je crois bien que je ne dormirai guère cette nuit. Par exemple, je tremble que les Boches ne déclenchent avant demain matin l’attaque que l’on sent, comme une épée de Damoclès, suspendue sur nos têtes… Je veux espérer que cela ne se produira pas, mais il se pourrait bien que je ne puisse jouir en entier de ma... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]