31 mai 2016

Fin Mai 1916

Fin Mai 1916 Dans le courant du mois, j’ai eu la visite de mon ancien compagnon de la chambre « Coquelicots », Léandri[1]. Il a obtenu d’être affecté à Paris, à un très vague service au Val de Grâce et en est très content. En outre, il arbore fièrement une rosette rouge qui lui a été remise il y a quelques mois. Tous les bonheurs à la fois, quoi ! Le Colonel Polacchi[2], dont j’ai parlé plus haut, est, de son côté, venu voir une fois ou deux, un de mes camarades de la chambre Borghèse. Ce camarade est lieutenant au... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 17:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 avril 2016

6 Avril 1916

6 Avril 1916 La bataille autour de Verdun continue à faire rage ! Tous les jours, l’Ambulance reçoit de nouveaux blessés, officiers ou hommes de troupe, qui arrivent de cette infernale contrée et sont, tous, unanimes à dire que jamais, jusqu’ici, les bombardements n’avaient atteint un pareil degré de formidable intensité. Un petit chasseur, étendu sur un brancard, que je viens d’interroger tout échauffé encore de la bataille qu’il a quittée il y a 48 heures à peine, m’a dit : « Rien de plus épouvantable que la vie... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 mars 2016

20 Mars 1916

20 Mars 1916 Sur ces entrefaites, mes plaies se refusant obstinément à se cicatriser, j’ai dû me faire hospitaliser de nouveau et, depuis 5 jours, j’ai réintégré la rue de la Chaise[1]. Le Docteur Faure m’a opéré pour la …sixième ou septième fois et, j’espère bien, pour la dernière… Bien des changements sont survenus dans mon pauvre hôpital depuis mon départ du mois d’Août dernier ! On m’avait tout d’abord installé dans la chambre « Chrysanthèmes » ; mais le lendemain, en rentrant pour me coucher, un mot... [Lire la suite]
02 mars 2016

2 Mars 1916

2 mars 1916 Il y a plus de 6 mois que je suis en convalescence et, pendant ce laps de temps, rien de bien notable ne s’est produit dans mon état ; toutefois, je ne fais plus usage que d’une seule canne pour me mouvoir, mais les plaies de ma jambe continuent à ne pas vouloir se cicatriser… Si, cependant, il s’est passé quelque chose de nouveau pour moi : depuis aujourd’hui, ma vareuse s’adorne d’une croix de Guerre[1] qui vient de m’être remise par le Commandant Dumolin, Chef de l’Etat-Major du Général Commandant le... [Lire la suite]
30 octobre 2015

Fin Octobre 1915

Fin Octobre 1915 J’ai depuis, quelques semaines, pu lâcher mes béquilles pour les remplacer par deux cannes. C’est une amélioration notable dont je me félicite vivement ; mais, que les premiers pas sans l’aide des béquilles, m’ont été pénibles, et combien il m’a fallu d’énergie et de volonté pour persister. J’en suis, du reste, bien récompensé maintenant qu’il m’est permis de me mouvoir d’une façon un peu plus normale. Lucien en famille, promenade au parc octobre 1915. De gauche à droite: Julie son épouse, Denise, sa fille... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 17:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 septembre 2015

mois de septembre 1915

Septembre 1915 Lucien Proutaux est enfin sorti de l’hôpital militaire. Il entame à présent une convalescence longue et douloureuse car l’état de sa jambe n’est pas encore stabilisé. Les plaies continuent à suppurer. Il va cependant abandonner ses béquilles pour de simples cannes et réapprendre, petit à petit, à marcher. Lucien en début de convalescence en septembre 1915 Lucien suit toujours les actions de son Régiment et apprend ainsi qu’un vétéran de son unité vient d’être décoré pour sa bravoure et sa ténacité. Son grand regret... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 août 2015

10 Août 1915

10 Août 1915 C’est aujourd’hui que je quitte l’hôpital ! Je suis passé devant la Commission des Congés de convalescence il y a quatre ou cinq jours, et l’on m’a octroyé un congé de trois mois. Ah ! combien je suis heureux de réintégrer mon « home » duquel je suis parti il y a plus d’un an avec la ferme conviction de n’en être absent que peu de temps… Je ne suis pas encore guéri, loin de là, et fais toujours usage de mes maudites béquilles ; ma blessure n’est pas encore cicatrisée, mais le Dr Faure m’a assuré... [Lire la suite]
01 août 2015

1er Août 1915

1er Août 1915 Aujourd’hui un an que je me suis embarqué à la Gare de l’Est, à destination de Toul ! Je revois, en pensée, les aimables compagnons de voyage que j’ai égrainés sur ma route et qui, avec leur belle insouciance, partaient avec l’idée d’être de retour dans quelques semaines… Que sont-ils devenus aujourd’hui, et combien leurs espoirs, à ceux qui restent, ont-ils été trompés puisque nous venons de boucler la première année de guerre et que la fin n’en semble pas encore toute proche, même aux plus optimistes. La... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 juillet 2015

Le casque ADRIAN

C’est dans le numéro 3774 du 3 juillet 1915 de L’ILLUSTRATION que nous apprenons que le képi va définitivement disparaître au profit d’un casque qui porte le nom de Casque ADRIAN M1915. Avec la guerre de position et l'augmentation dramatique des blessures au crâne, il faut penser à protéger la tête des soldats. En décembre 1914, le sous-intendant Adrian propose une calotte métallique à insérer dans le képi. Faute d'autres propositions, l'intendance passe commande de 700 000 de ces calottes d’acier, ou cervelières, livrables dés le 10... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 juillet 2015

1er Juillet 1915

1er juillet 1915 Ma chambre possède, depuis quelques jours, un nouvel occupant et, chose fantastique, incroyable, ce blessé, car c’est bien réellement un blessé, est un pharmacien… Il est certain que dans toute l’Armée française, le nombre des pharmaciens blessés de guerre ne doit pas être formidable. Et, fait tout à fait curieux, ce pharmacien a été touché, au cours des bombardements d’Arras du mois dernier, à l’Hôpital du St Sacrement, celui-là même dans lequel j’ai séjourné quelques 36 heures, au mois d’octobre dernier. Le... [Lire la suite]