10 août 2015

10 Août 1915

10 Août 1915 C’est aujourd’hui que je quitte l’hôpital ! Je suis passé devant la Commission des Congés de convalescence il y a quatre ou cinq jours, et l’on m’a octroyé un congé de trois mois. Ah ! combien je suis heureux de réintégrer mon « home » duquel je suis parti il y a plus d’un an avec la ferme conviction de n’en être absent que peu de temps… Je ne suis pas encore guéri, loin de là, et fais toujours usage de mes maudites béquilles ; ma blessure n’est pas encore cicatrisée, mais le Dr Faure m’a assuré... [Lire la suite]

01 août 2015

1er Août 1915

1er Août 1915 Aujourd’hui un an que je me suis embarqué à la Gare de l’Est, à destination de Toul ! Je revois, en pensée, les aimables compagnons de voyage que j’ai égrainés sur ma route et qui, avec leur belle insouciance, partaient avec l’idée d’être de retour dans quelques semaines… Que sont-ils devenus aujourd’hui, et combien leurs espoirs, à ceux qui restent, ont-ils été trompés puisque nous venons de boucler la première année de guerre et que la fin n’en semble pas encore toute proche, même aux plus optimistes. La... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 juillet 2015

Le casque ADRIAN

C’est dans le numéro 3774 du 3 juillet 1915 de L’ILLUSTRATION que nous apprenons que le képi va définitivement disparaître au profit d’un casque qui porte le nom de Casque ADRIAN M1915. Avec la guerre de position et l'augmentation dramatique des blessures au crâne, il faut penser à protéger la tête des soldats. En décembre 1914, le sous-intendant Adrian propose une calotte métallique à insérer dans le képi. Faute d'autres propositions, l'intendance passe commande de 700 000 de ces calottes d’acier, ou cervelières, livrables dés le 10... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 juillet 2015

1er Juillet 1915

1er juillet 1915 Ma chambre possède, depuis quelques jours, un nouvel occupant et, chose fantastique, incroyable, ce blessé, car c’est bien réellement un blessé, est un pharmacien… Il est certain que dans toute l’Armée française, le nombre des pharmaciens blessés de guerre ne doit pas être formidable. Et, fait tout à fait curieux, ce pharmacien a été touché, au cours des bombardements d’Arras du mois dernier, à l’Hôpital du St Sacrement, celui-là même dans lequel j’ai séjourné quelques 36 heures, au mois d’octobre dernier. Le... [Lire la suite]
20 juin 2015

20 Juin 1915

20 juin 1915 Le phénomène que je signalais il y a quelques jours au sujet de nos infirmiers bénévoles, se manifeste également en ce qui concerne l’établissement dans lequel je me trouve. Au début des hostilités, le Dr Bonnet avait généreusement offert toutes les chambres de sa clinique pour recevoir des officiers blessés ; mais la Guerre se prolonge outre mesure, tout à l’heure on va dire qu’il y a un an qu’elle dure et l’on se perd en conjectures sur l’époque vers laquelle elle pourra prendre fin… En attendant, il faut vivre,... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 juin 2015

juin 1915 - La seconde bataille d'Artois

Revenons sur les lieux où le 226e Régiment d’Infanterie, auquel appartient Lucien, a connu un comportement héroïque qui lui valut d’être cité, au cours de ce mois de juin 1915. La région, en Artois, comprend la zone Carency-Ablain St Nazaire-Notre Dame de Lorette. Le peintre, graveur et illustrateur François Flameng (1856-1923) a reproduit avec beaucoup de fidélité, par ses croquis, les lieux de terribles combats.  portrait de François Flameng vers 1901 Cet artiste a été admis, parmi les premiers, dès 1914, à suivre les armées... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 juin 2015

4 Juin 1915

4 Juin 1915 J’ai enfin abandonné mon lit et, depuis une dizaine de jours, je me lève et puis me mouvoir, assez peu commodément encore, à la vérité, en faisant usage de béquilles. Mes débuts avec ces horribles instruments ont été assez pénibles et la première fois que j’ai essayé de faire quelques pas en me cramponnant à deux personnes, je n’avais qu’une hâte, après avoir parcouru une douzaine de mètres, c’était de regagner mon lit au plus vite. Je n’avais jamais cru qu’il faille, à ce point, refaire tout un apprentissage pour... [Lire la suite]
20 mai 2015

20 Mai 1915

20 mai 1915 On m’a enfin enlevé, il y a deux ou trois jours, l’appareil de plâtre qui immobilisait ma jambe depuis deux mois et celle-ci semble s’être enfin décidée à se consolider, car je puis, sans peine, la lever en l’air, sans pouvoir, toutefois, fléchir le genou. Mais le Dr Faure, par mesure de prudence, veut encore me poser un nouvel appareil en gaze imprégnée d’une composition silicatée, avec une armature en fer, ce qui me permettra de me lever. Enfin ! peut-être vais-je pouvoir abandonner mon lit ! Mais je me... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
24 mars 2015

Au cinématographe

24 mars Lucien est confiné dans sa chambre d’hôpital ; il aimerait pouvoir enfin marcher, sortir dans Paris, entamer une convalescence qui le mènera de nouveau vers la guerre. Il doit se contenter d'éplucher les journaux... Pendant ce temps, les Parisiens se ruent sur les cinématographes pour voir « en vrai » cette guerre dont on ne rapporte que les faits glorieux et les déclarations des généraux. Le dessinateur Jules SIMONT a représenté une séance de cinématographe en 1915, intitulée « Les vues du Front, avec... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 mars 2015

22 Mars 1915

22 Mars 1915 Sans doute pour fêter le Printemps, les Boches ont, pour la première fois, tenté une incursion dans Paris avec leurs Zeppelins. Une ou deux unités au plus ont pu franchir les tirs de barrage et survoler la capitale ; elles ont laissé tomber quelques bombes sur certains quartiers de la rive droite, mais sans grand mal, heureusement. J’ai tout de même été bien content de voir arriver ma femme ce tantôt[1], car j’étais anxieux de savoir comment, avec notre fillette, elle avait passé la nuit. Elles ont eu très peur,... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :