03 février 2018

3 Février 1918

3 Février 1918 Une lettre postée de la Charente Inférieure, vient de m’apprendre que ma femme, emmenant ses filles, a fui une seconde fois vers le ciel plus clément de son pays natal. Elle a bien fait, car il est tout à fait probable que les Boches n’en resteront pas à ce coup d’essai et recommenceront. Ils tiennent certainement à brusquer le dénouement et, comme pour eux, tous les moyens sont bons, ils pensent trouver la décision en frappant le moral de ceux qui ne combattent pas afin que l’opinion publique, sous l’emprise de la... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 15:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

01 février 2018

1er Février 1918

1er Février 1918 Enfin, le premier courrier m’a apporté, ce matin, des nouvelles de ma femme : elles sont saines et sauves, c’est l’essentiel, mais quelle peur elles ont eue ! D’après les bruits qui ont transpiré jusqu’ici, les dégâts dans Paris sont importants et il y a un nombre assez élevé de victimes. "Les dégâts dans Paris sont importants" (http://ekladata.com/KIkxHTDugoAAR-KwG2Ee8fIwn4E.jpg) Pourvu nos infâmes ennemis n’aient pas, dans leurs intentions, de renouveler fréquemment ce genre d’expédition ! cela... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 15:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 janvier 2018

31 Janvier 1918

31 Janvier 1918 Quelle horrible nuit je viens de passer ! Rentré de mon bureau hier soir vers 10h1/2, je venais à peine de me coucher lorsque la sinistre sirène, annonçant les avions boches, s’est mise à mugir et, aussitôt, une canonnade, d’abord assez éloignée, puis se rapprochant progressivement, s’est fait entendre. Alors, dans l’intervalle des éclatements d’obus, j’ai entendu le ronflement saccadé, particulier à ces appareils, d’un nombre considérable de gothas passant au-dessus de la ville ; mais, chose curieuse, ils... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 15:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
30 janvier 2018

30 Janvier 1918

30 Janvier 1918 Quoique n’étant ici que depuis trois jours à peine, je suis déjà presque acclimaté et commence à être au courant de mes fonctions. Tout le monde continue à se montrer excessivement aimable pour moi ; le Commandant Lefort, le surlendemain de mon arrivée, m’a demandé si j’étais en possession d’un bon logement et recommandé de ne pas craindre de la lui signaler s’il n’en était pas ainsi car il se chargerait de m’en faire donner un meilleur. Je lui ai, bien entendu, affirmé que j’étais aussi bien qu’il était possible... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 janvier 2018

28 Janvier 1918

28 Janvier 1918 Ainsi que cela était convenu, j’ai commencé ce matin, à me mettre au courant de mon nouveau service, sous la direction du Capitaine Bruley qui, malgré ses dehors peu élégants, est un très brave type, qui, même, ne manque pas d’une certaine finesse. Nous nous sommes rendus chez le sous-Intendant du G.Q.G., chez le payeur, afin d’être présenté à ces fonctionnaires avec lesquels je serai en rapports suivis. Puis nous avons dirigé nos pas vers la caserne des dragons, distante de quelques minutes du Château, non pas pour... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 14:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 janvier 2018

27 Janvier 1918

27 Janvier 1918 Me voici donc enfin fixé ! Comme convenu, j’ai téléphoné, de Paris, au Commandant Van Heems le 24, mais il n’avait encore rien de  neuf à mon sujet et m’a dit de ne rentrer que le lendemain. J’ai, en conséquence, réintégré Creil avant-hier. Mais aussitôt, le Commandant m’a renvoyé à Paris pour 24 heures, l’ordre me concernant n’étant toujours pas arrivé. En revenant, hier matin, par une indiscrétion du Commandant Bourgeois, rencontré à la Gare et avec lequel j’ai fait le voyage, j’ai appris que le lieu si... [Lire la suite]

23 janvier 2018

23 Janvier 1918

23 Janvier 1918 Tiens, Tiens ! Est-ce que, par hasard, j’aurais définitivement quitté la Commission de Gare ? Le régulateur vient de m’appeler en particulier, tout à l’heure, pour me dire qu’il avait vu pour moi, un emploi plus en rapport avec ma blessure… Lequel ? il ne m’en a rien dit de plus, s’enquérant, toutefois, si, avec ma jambe, je pouvais monter et descendre les étages sans trop de difficultés. De quel emploi peut-il bien être question ? En tout cas, il faut attendre encore un peu. Ce qu’il y a de... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 janvier 2018

22 Janvier 1918

22 Janvier 1918 Nouveau changement de programme : depuis avant-hier, je suis employé à la commission régulatrice ! Par suite de l’indisponibilité d’un certain nombre d’officiers appartenant à cette dernière –missions, permissions, maladies, etc.- on s’est trouvé à court de personnel et le régulateur m’a fait l’insigne honneur de me désigner pour faire l’intérim pendant quelque temps à son bureau. Je dis « insigne honneur » car, nous, les gens de la Commission de gare, nous sommes considérés comme des parents... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
15 janvier 2018

15 Janvier 1918

15 Janvier 1918 Je suis rentré de permission de détente il y a 3 ou 4 jours ; j’ai eu la chance, en effet, de pouvoir partir le 31 Décembre et de passer ainsi, les fêtes du Nouvel An en famille, Nouvel An encore une fois bien triste, puisque la guerre n’est toujours pas terminée et que l’on n’ose plus faire de conjectures quant à sa fin plus ou moins prochaine. A mon retour, j’ai trouvé encore quelques figures nouvelles à la Commission de Gare et, depuis hier, j’ai régulièrement repris mon service à cette dernière. Le temps... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 décembre 2017

20 Décembre 1917

20 Décembre 1917 Décidément, le temps se met tout à fait au froid. Cet hiver-ci serait-il aussi rigoureux que le précédent ? Dieu, qu’il a fait froid l’année dernière et que la pénurie de charbon s’est fait sentir principalement chez les pauvres gens ! Je ne puis me souvenir sans un serrement de cœur, les files interminables de malheureuses femmes que l’on voyait faire la queue pendant des heures entières, par 7 ou 8 degrés au-dessous de zéro, à la porte des grands chantiers de charbon, pour obtenir un petit sac de 10 kilos... [Lire la suite]