28 septembre 2014

28 Septembre 1914

28 Septembre 1914 Lorsque le jour paraît, nous commençons à dépasser des traînards du 226e, preuve que nous suivons la bonne route. A un certain moment, prenant le trot, je rejoins la queue de la colonne ; en passant, je remarque notre cuisinier Laurence[1], juché sur un fourgon et pérorant au milieu d’un groupe de fricoteurs de son espèce. On me confirme que nous allons bien à Saulxures, mais nul ne sait si nous y séjournerons. Il est très probable que nous allons être embarqués en chemin de fer. Je retourne ensuite au devant... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 septembre 2014

Ajout au 27 septembre 1914

Septembre 1914 - Ajout Je reviens sur la note écrite par Lucien Proutaux en date du 27 septembre 1914, où il mentionne avoir fait connaissance de Serge Psichari, jeune frère d’Ernest Psichari, tous deux étant les seuls petits enfants d’Ernest Renan. Mes recherches ne m’avaient pas permis de retrouver la trace de Serge Psichari mais plutôt de Michel Psichari. J’ai à présent la clé du mystère. Michel Psichari (L'Illustration n 3870, Coll. pers) Lucien Proutaux précise que Serge « appartenait à la rédaction de l’Illustration et... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 23:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 septembre 2014

27 Septembre 1914

27 Septembre 1914 On dit que les peuples heureux n’ont pas d’histoire… Si ce vieil adage est toujours vrai, il peut, sans conteste s’appliquer à nous pendant la période qui vient de s’écouler depuis notre arrivée à Einville[1]. Nous avons goûté ici le repos tant promis et un repos passé dans le pays rêvé ! plus de marmites, plus de mitraille, plus de fusillade, plus de cadavres ! Peu de travail : exécution de vagues retranchements à seule fin de ne pas perdre la main, quelques séances d’exercice, dont j’ai pris... [Lire la suite]
18 septembre 2014

Repos!

Du 18 au 26 Septembre 1914 Note de la Rédaction : Nous avons laissé Lucien Proutaux et son Bataillon hier à Einville-au-Jard. Ses mémoires ne portent pas trace d’écrit entre le 17 au soir et le 27 septembre au matin, comme on peut le constater sur le document scanné ci-dessous : Le Bataillon n’a pas connu de répit depuis son engagement le 1er août, soit un mois et demi de campagne et de lourdes pertes le 25 août. Ci-dessous, un tableau récapitulatif des déplacements et séjours en cantonnement pendant le mois et... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 17:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 septembre 2014

17 Septembre 1914

17 Septembre 1914 Décidément, ce n’est pas encore à Lenoncourt que nous nous reposerons. De grand matin, mon ordonnance (depuis que je suis pourvu d’une monture, j’ai, comme ordonnance, Oblinger[1], l’ancien ordonnance du Capitaine Dard) vient me réveiller et m’annonce que le Régiment part dans une heure. Allons, debout ! Il faut nous remettre en route et reprendre la vie errante à laquelle nous sommes condamnés. Peut-être le hasard, auquel nous n’avons pas d’autre alternative que de nous abandonner, prendra-t-il le soin de nous... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 17:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
16 septembre 2014

16 Septembre 1914

16 Septembre 1914 A 10 heures, l’ordre parvient au Capitaine Bérault, d’avoir à tenir son Bataillon prêt à partir pour midi. J’ai tout juste le temps de faire faire la soupe afin que les hommes puissent la manger avant le départ. De notre côté, nous houspillons notre maître-queux pour faire que notre déjeuner soit rapidement prêt. Enfin, tout va bien et chacun y met de la bonne volonté.  Trois minutes avant l’heure fixée, je vois arriver la compagnie dont j’avais chargé le sergent-major d’assurer le rassemblement ; je le... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 septembre 2014

15 Septembre 1914

15 Septembre 1914 Il continue à pleuvoir. Heureusement, on s’est enfin décidé à nous autoriser à laisser les hommes se reposer dans leurs cantonnements. Ce repos leur est bien dû, d’abord parce qu’ils ont bien trimé et, ensuite, parce qu’il est nécessaire qu’ils puissent réparer et nettoyer leurs effets et leurs armes. Dans nos parages, se trouve cantonné le 339e qu’à l’accent de ses soldats, on reconnaît pour être composé d’enfants de l’Auvergne ; en effet, c’est un régiment d’Aurillac[1]. Les hommes étant coiffés du béret, je... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 septembre 2014

14 Septembre 1914

14 Septembre 1914 Peu à peu, les bonnes nouvelles finissent par se faire jour et nous savons, maintenant, que nos camarades ont arrêté l’ennemi sur la Marne et, reprenant l’offensive, l’ont forcé à la retraite. Paris n’est plus menacé ; ce n’est donc pas seulement devant nous que les Boches sont en fuite ! La Victoire nous sourirait-t-elle enfin ? Il ne faut pas moins de toute la joie que nous occasionnent ces grands et heureux événements pour chasser la pénible impression que continuent à nous laisser les tristes... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 septembre 2014

13 Septembre 1914

13 Septembre 1914 Nous n’allons certainement pas rester à Buissoncourt. En attendant les ordres et après m’être vigoureusement lavé à même un grand seau d’eau fraîche, je fais un tour dans le village. Ce dernier n’a pas trop souffert des récents bombardements. Toutefois, sa petite église est bien abîmée. Tous les vitraux sont brisés et, de place en place, la toiture et les murailles montrent des ouvertures béantes produites par la mitraille. Près du chœur, gisent un maréchal des logis d’artillerie et un lignard tués dernièrement et... [Lire la suite]
12 septembre 2014

12 Septembre 1914

12 Septembre 1914 Il pleut à torrents ; nous sommes trempés jusqu’aux os et crottés jusqu’au ventre. Mais, ô surprise, à part le bruit des gouttes de pluie s’écrasant sur le toit de nos abris, on n’entend plus rien, plus de fusillade, plus de canonnade, c’est le calme plat. Je risque un pied et, ensuite, un œil dehors et je constate avec un étonnement grandissant, que les ballons boches ont disparu. Que signifient ces changements ? Le Capitaine Durand, que je vais trouver, ne peut m’en dire davantage. En tout cas, il... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,