15 Janvier 1917

Les intrigues, que j’ai signalées ces temps derniers, ont porté leurs fruits et abouti à ce que je prévoyais : le Commandant Badel s’est vu retirer le commandement de secteur et renvoyer au dépôt de son régiment…

Les choses étant arrivées à l’état tout à fait aigu, le Général Parot qui commande le Département de la Seine et sous les ordres directs duquel se trouve placé la Secteur, a procédé à une enquête personnelle et nous l’avons vu arriver un soir de la semaine dernière, accompagné d’un des officiers de son état-major. Il a eu un entretien d’environ 3/4 d’heure avec le Commandant et, après son départ, lorsque je réintégrais le bureau, mon chef m’a accueilli par ces mots : « E finita la Commedia ! » Aussitôt, ordre était donné au plus ancien capitaine de venir prendre provisoirement le commandement du Secteur et l’on sait que le plus ancien capitaine du Secteur est toujours le fameux capitaine L…

1917 01 13 Ill ce n'est pas parce qu'on est à Paris qu'on ne doit pas être élégant... (dans L'Illustration n°3854 du 13 janvier 1917)

Après lui avoir transmis une consigne sommaire, consigne consistant principalement et presque uniquement à compter la caisse, dont j’étais le détenteur momentané, le Commandant Badel a cru devoir adresser un petit laïus à ses sous-ordres directs en leur disant à la suite de quelles menées il devait partir et en leur donnant communication des différentes citations dont il avait été l’objet au front. Puis il a pris congé de tous, m’a serré très affectueusement la main et est parti en écrasant le capitaine L. de son mépris. Scène plutôt pénible, en définitive.