16 octobre 2014

16 Octobre 1914

Julie, la femme de Lucien Proutaux, a reçu le télégramme d'Arras l'informant que son mari a été blessé. Elle lui répond ce jour, de St Thomas de Conac en Charente Inférieure (Maritime): "Ai reçu télégramme-carte, demande nouvelles, si possible par télégraphe, signé Julie" Quelques vues deSt Thomas, d'hier et d'aujourd'hui (coll. pers.)
Posté par Le Capitaine à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 octobre 2014

9 Octobre 1914

9 Octobre 1914 Lucien n’a pas écrit aujourd’hui. Il lutte contre la mort.  Lucien à Creil Pour lui, la guerre est finie, la guerre sur le terrain, la guerre dans les tranchées. Sa blessure est très grave, il restera invalide. Pour lui, commence un autre combat, un combat intérieur, contre le poison qui détruit sa jambe, la balle que l’on ne pourra jamais extraire et qui l’emportera dans la tombe, 23 ans plus tard. Laissons-le lutter, sur son lit de douleur, dans cet hôpital militaire de Creil. Il reprendra sa plume le 22... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
08 octobre 2014

8 Octobre 1914

8 Octobre 1914 Ainsi que je m’y attendais, ce n’est que ce matin que l’on s’est occupé de moi. Le reste de la nuit m’a paru bien long car je n’ai pas pu m’assoupir et la fièvre me ronge toujours ; mais, me sentant au milieu de soldats, je n’ai pas voulu, moi qui porte des galons et dois continuer à donner l’exemple, proférer la moindre plainte et demander même à boire. Dès le jour paru, un jeune médecin à un galon s’est approché de mon lit et m’a dit que j’allais être transporté dans un pavillon réservé aux officiers, ce que... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 octobre 2014

Nuit du 7 au 8 Octobre 1914

Nuit du 7 au 8 Octobre 1914 Au bout de 26 ou 28 heures de trajet, après avoir fait un parcours extravagant, à une vitesse ultra-modérée, coupé par de fréquents arrêts, nous sommes à Creil… Mon compagnon de voyage est très gentil et nous avons eu le temps d’échanger nos impressions sur les événements que nous traversons, impressions pas toujours très roses, malheureusement ; mais sur presque tous les points, nos opinions étaient en parfaite concordance. L’un et l’autre, nous avons remarqué que les troupiers, blessés ou malades,... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 octobre 2014

6 Octobre 1914

6 Octobre 1914 De bon matin, mon infirmière (je n’ai pu retenir son nom) entre dans ma chambre et, en me souhaitant le bonjour, me demande si j’ai entendu les détonations de cette nuit. Elle me pose cette question d’un air détaché, mais je vois très bien qu’elle est préoccupée. Je n’ai, d’ailleurs, pas très longtemps à attendre pour être fixé sur ce qui la rendait soucieuse, car dans le courant de la matinée, commence un bombardement en règle qui ne se ralentira pas de toute la journée. Les détonations succèdent aux détonations et... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 octobre 2014

Deuxième Partie Le 5 Octobre 1914 (Suite)

2ème Partie Blessé ! Les Hôpitaux – Le Service à l’Arrière -   5 Octobre 1914 (suite) Plus de postes de secours. Il ne reste d’autre solution que de nous diriger sur Arras, qui se trouve bien à 8 ou 10 kilomètres de l’endroit où je suis tombé. Courageusement, Poisson[1], relayé de temps en temps, pendant les premiers kilomètres, par l’infirmier du 269e, empoigne les brancards de ma brouette et nous voilà partis. Les obus continuent à nous accompagner, mais ils ont la bonne idée de laisser la route libre et de ne tomber... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 18:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 octobre 2014

5 Octobre 1914

5 Octobre 1914 Lorsque le jour paraît, il trouve ma compagnie placée à l’extrême gauche d’une longue et mince ligne de tirailleurs, échelonnée sur la route et face à l’Est. Une partie de mes hommes sont grimpés et couchés en haut d’un talus assez élevé, qui se dresse sur le côté Ouest de la route. A ceux-ci, durant la nuit, j’ai fait creuser, à l’aide de leurs outils, des masques individuels[1]. En outre, armé d’une cisaille à main, j’ai pratiqué moi-même, de place en place, des ouvertures dans la clôture de fil de fer qui borde... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 12:38 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 octobre 2014

4 Octobre 1914

4 Octobre 1914 Hier, pendant que nous étions en position devant Lens, un de mes sergents m’a fait part des deux tuyaux sensationnels suivants qu’il tenait d’un téléphoniste ( ?) de l’Artillerie : 1°) le Général Joffre est élevé à la dignité de Maréchal de France, 2°) la 70e Division a parfaitement rempli la mission qui lui était confiée et est relevée par le 21e Corps d’Armée[1]. Lucien Proutaux cité à l'ordre du Corps d'Armée (coll. pers.) Le Corps d’Armée en question est diablement en retard, car je ne vois pas... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
03 octobre 2014

3 Octobre 1914

3 Octobre 1914 Le Régiment se reforme à 2 ou 3 kilomètres à l’Ouest d’Acheville. Des cartouches sont distribuées. Je constate que mon sergent-major, qu’au cours de la nuit, j’ai envoyé avec sa section au secours de Bertin, a disparu. Ses hommes me disent qu’il a dû être tué. J’en suis très peiné, car j’avais beaucoup d’estime pour lui. Ah ! pourquoi faut-il que ce soit toujours les meilleurs qui tombent ? Ma bonne petite jument également n’existe plus. Quelques minutes après l’avoir quittée, hier matin, elle a reçu une... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 octobre 2014

2 Octobre 1914

2 Octobre 1914 Cette fois, c’est le départ ; vers sept heures, le régiment se met en marche pour aller occuper les positions qui lui ont été assignées. Nous sortons d’Hénin-Liétard par le chemin que nous avions suivi pour y entrer. En traversant les corons, les femmes des mineurs, sur le pas de leur porte, offrent du café à nos hommes. Nous avançons lentement, nous arrêtant à tout instant. De nombreux mouvements de troupes se manifestent dans la campagne ; des silhouettes de cavaliers –cuirassiers aux cuirasses ternies,... [Lire la suite]
Posté par Le Capitaine à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,